En 1990, Jean Francois Guillaume et Enrico Matuchet lui proposent d'intégrer le quartet  "Autour de Minuit" pour intérprèter des

standards de jazz. 

Elle pressent alors que cette musique est celle qui l'accompagnera assurément très longtemps et décide de l'étudier en prenant des cours à Paris dans diverses écoles, ainsi qu'avec la chanteuse

Viviane Ginapé.

Elle rencontre ensuite Richard Goujon (pianiste, accordéoniste )avec lequel elle décide de former un duo exclusif, tant dans le style du répertoire,que dans la mise en scène. 

Un cabaret original et ambulant qui va l'amener à se produire sur des scènes étrangères (Maroc, Italie,Corse, Croisières, Grèce..)

Elle s’installe dans les années 2000 à la frontière Suisse et entre dans un Jazz Band New Orléans féminin "les Dixies Roses" ,dans lequel elle chante joue du washboard mais aussi du trombone.

Avec cette formation elle participe à des  Festivals tels que Montreux, Sargans ,Sugar Beach Festival à l'Ile Maurice, Festivals  Jazz en Tunisie et Dakar.

En Suisse, elle rencontre Alain Della Maestra qui l'invite à se produire avec le Big Band de Dardagny.

 

Au fil du temps et de voyages, elle éprouve une émotion particulière en foulant la terre du Sénégal lors d'une tournée et décide alors de s'y installer.

 

Très vite , les musiciens locaux ainsi que la musique sénégalaise

(le Mbalax), l'impactent.

Ainsi, sa rencontre avec le neveu d'Ismael Lô, Vieux Marius, aboutit à un enregistrement de plusieurs titre sur l'album de ce dernier, dont le plus médiatisé et en duo : Le Diola

 

Elle se met à composer, mais aussi à adapter des standards en Afro Jazz avec Doudou Konaré, Lamine Faye, Wilfried Zinsou, Metzo Djatah

et enregistre plusieurs titres avec eux, dont  "Mon pote" qui passera régulièrement sur la chaîne nationale de la télé Sénégalaise .

 

Elle crée des ateliers musicaux pour enfants, en faisant participer ses amis musiciens. Puis voyage  aux Etats Unis, et Afrique du Sud.

 

Elle ouvre sur la Petite Côte , au Sud de Dakar, un piano bar, qu'elle baptise le "Cabacoco": le cabaret sous les cocotiers. 

Elle s'y produit presque tous les soirs pendant quatre ans, et y invite des musiciens ,qu'ils soient residents ou de passage.

Elle conclue cette histoire en disant :

"C'etait un très grand défi et une sacrée aventure, mais vous ne m'en voudrez pas de reprendre les chemins de la liberté !!!"

 

Elle devient alors programmatrice de la scène jazz du Méridien de Dakar durant une année.

Elle profite de cette occasion pour mettre en scène de jeunes talents émergeants sénégalais, et organiser des rencontres et des échanges avec des musiciens de Paris comme Richard Raux, ou le Trio Rahoerson qui l'invitent peu après sur des scènes parisiennes (Le Caveau de la Huchette).

 

Après douze années passées au Sénégal, elle décide de retourner  auprès de ses racines , l'Italie, en s'installant à Nice.

 

En 2013, une nouvelle vie et de nouvelles rencontres musicales débutent alors.

Christophe Buselli, Philippe Brassoud, Pierre Marcus, Eric Sempé et bien d'autres sont ceux avec lesquels elle se produit sur les scènes niçoises, varoises et monégasques.

 

Certains grands projets n'ayant toujours pas étés réalisés, comme celui d'un grand voyage

seule en mode sac à dos ,il semble que le moment soit fort propice à ce défi qui lui tient tant à coeur.

Sylvia part pour donc cinq mois à la découverte de terres inconnues ...(Australie, Indonesie,Thaïlande, Cambodge, Népal ,Inde), et de retour à Nice enregistre l'album "Ca Va Jazzer" , dont elle est intégralement auteur/compositeur .

Certains des titres ont d'ailleurs été composés lors de son voyage.

 

Depuis 2018, elle a ajouté à ses terres de coeur La Réunion, ou elle passe une grande partie de son temps.

Paris, La Réunion, la Suisse, et le Sud de la France, ce sont bien à ces quatre points cardinaux que vous pourrez désormais croiser Sylvia Pellegrini, sur scène ou en préparation de nouveaux projets.